top of page

[Mon Actu] Prison Break & Made in France, quel rapport ?

Ce matin il fait à peine jour, il pleut, le ciel plombé se confond avec les murs épais et gris de la Maison d’Arrêt de Bourges…


Nous sommes une cinquantaine de chefs d’entreprise à avoir répondu à l'invitation "PRISON BREAKFAST III".

Une initiative du Ministère de la Justice qui vise à faire découvrir le travail pénitentiaire et encourager les entreprises à participer à la réinsertion durable des détenus.

 

Après une présentation générale du fonctionnement de la détention et des mesures d’accompagnement du retour à la vie libre, nous visitons les ateliers de travail (500 m² disponibles).


Un agent souligne que parmi les détenus, un tiers est en incapacité de travailler, un autre tiers peut travailler moyennant des ajustements, et le dernier tiers est prêt à travailler immédiatement. Ces derniers sont néanmoins triés sur le volet …beaucoup de demandes mais peu d’offres.


Le travail en détention s'avère essentiel pour faciliter la réinsertion des détenus, réduire les risques de récidive et encourager la responsabilisation.


Les avantages financiers, avec une rémunération équivalant à 45% du SMIC pour 25 heures par semaine, permettent aux détenus de dédommager les parties civiles, de subvenir à leurs besoins personnels et parfois de soutenir leur famille.


Et puis… « Être utile c’est important » comme le confie un opérateur détenu qui nous explique le processus de fabrication des étiquettes dans les ateliers. Ces mêmes étiquettes seront serties dans les ateliers voisins, impliquant hommes et femmes détenus.


L’entreprise encadre la production, tandis que les agents assurent la sécurité.

Les détenus ont accès à des équipements de travail fournis par l'entreprise, qui offre également une variété d'activités, allant du cartonnage au conditionnement.


Ces contrats d’emploi pénitentiaire présentent des avantages mutuels ;

une main d’œuvre disponible et volontaire,

un process de mise en place ultra rapide,

des locaux mis à disposition gratuitement,

une production « Made in France » qui limite l’impact environnemental (comme ce tote bag en photo réalisé en toile de récupération… ou ce carnet estampillé "produit en prison" … ou ces excellents cookies et pain d’épices proposés au buffet du petit déjeuner d’accueil !!).


Ce faisant, les entreprises démontrent leur engagement envers leur responsabilité sociétale, en offrant une seconde chance aux détenus ; elles participent à des pratiques commerciales socialement responsables et aident activement à la réinsertion des individus dans la société.


Des solutions existent… H comme Ressource vous accompagne.


 

 

Comments


bottom of page